21:21 

вопрос-ответ-вопрос

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Устройство Франции: государственная, административная, судебная и прочие власти

Вопрос такой, что ответы надо собирать по многим и разным книжкам. Краткое резюме. :)
читать дальше

@темы: Великая французская революция, вопрос-ответ

URL
Комментарии
2008-06-07 в 22:13 

У меня по прочтению поста и ссылок возникло два вопроса: где можно в сети раздобыть Олара и существовал ли пару раз мной встречаемый в разных местах Комитет сыскной полиции? Возможно, он назывался как-то иначе, поэтому я не могу ничего о нем найти.

2008-06-07 в 22:42 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Sky Marley где можно в сети раздобыть Олара
В сети - нигде. :( Это толстенный том, под 900 стр. Возможно, какие-то куски где-то и выложены. У нас - пока только о жирондистах.
Издавался в 1938 году. В общем-то, не раритет, в областных библиотеках должен быть. Я даже в районной его нашла (без обложки).

Комитет сыскной полиции
Comite de Recherches or research committee - упоминается у Мориса Славина. Но встречается и название comite de police. Только неясно, к какому периоду это относится. Попробуем разобраться, ок.

URL
2008-06-07 в 22:55 

Nataly Red Rose
в бумажном виде наверняка можно заказать на Алибе - "там все плавает..."(с)

2008-06-07 в 22:56 

Nataly Red Rose
Я в Москве живу. Думаю, у нас или в Ленинской на русском, или в Иностранной литературы на французском, должен быть. Я просто полагала, что это куда более современная книга.

Я еще нашла вот такое название - la commission de police administrative.

2008-06-08 в 16:55 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Sky Marley в Ленинской на русском, или в Иностранной литературы на французском, должен быть. Я просто полагала, что это куда более современная книга.
Ее, увы, не переиздавали. Хотя она того заслуживает. Олар - въедливый автор. На каждый чих у него ссылка. По крайней мере, можно перепроверить. И вообще почерпнуть массу сведений о газетах, памфлетах того времени, кто какой закон предложил и кто как голосовал. Много имен деятелей, не так хорошо нам знакомых. Вот нет у него абстрактных "якобинцев" и "жирондистов".

URL
2008-06-08 в 17:20 

Nataly Red Rose
Историческую литературу наши издатели не любят, говорю это как работник книготорговой сферы.:(

2008-06-08 в 17:43 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
О разведке и дипломатии

Скорее план, чем ответ :)


Специалистом по этому вопросу считается Алексей Леонардович Нарочницкий. Тут и тут подборка по международным отношениям в интересующий нас период.

Еще в сети есть Ефим Борисович Черняк, "5 столетий тайной войны". У него пара глав посвящены эпохе ВФР, Директории и консулата.

Если верить Юрию Борисову, это еще один автор нашенский, то дипломатию на современный уровень поставил Талейран. Именно как институт, как учреждение (дипкорпус), как систему. Доводы у него убедительные, но и до Талейрана была дипломатия.
С разведкой сложней. Либо она не была поставлена систематически, а поручения разные выполняли люди достаточно случайные. Либо все это засекречивалось сверх. В то же время наблюдалась во Франции почти что "шпиономания".
Но почему сейчас нет работ на эту конкретно тему?.. Полистаем архив "Анналов", может, выпадут хотя бы имена французских историков и названия статей.

URL
2008-06-08 в 19:32 

Спасибки!

2008-06-11 в 21:23 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Немного о комитетах, комиссиях и др. (перевожу я медленно и дилетантски, так что лучше оригинальные цитаты поставлю.)
Le 1er octobre 1792, la Convention nationale décréta qu'il serait fait lecture de la liste des Comités de l'Assemblée législative et qu'elle arrêterait ceux qui seront conservés.
Furent ainsi conservés les :
Comité des commissaires inspecteurs de la salle du secrétariat et de l'imprimerie (18 membres)
Comité d'agriculture (24 membres)
Comité de division (24 membres)

Le 2 octobre 1792, la formation des comités suivants fut décrétée :
Comité de commerce (16 membres)
Comité des décrets (9 membres)
Comité de la marine et des colonies (20 membres)
Comité de la guerre, divisé en deux sections (26 membres)
Comité de sûreté générale (30 membres)
Comité des finances (42 membres)
Comité des domaines (24 membres)
Comité diplomatique (9 membres)
Comité d'instruction publique (24 membres)
Comité de secours publics (24 membres)
Comité de législation (48 membres)
Comité de liquidation et examen de comptes (24 membres)
Comité de pétitions et de correspondance (24 membres)

Le 13 octobre 1792, un
Comité de l'examen des comptes (15 membres)

Le 1er janvier 1793, un
Comité de défense générale qui devint Commission de Salut Public le 26 mars 1793 (composé, à sa formation, de 3 membres du Comité de guerre, 3 membres du Comité des finances, 3 membres du Comité des colonies, 3 membres du Comité de la marine, 3 membres du Comité diplomatique, 3 membres du Comité de Constitution et 3 membres du Comité de commerce, soit un total de 21 membres)

et le 6 avril 1793, sur proposition de Barère, le Comité de Salut Public

Le 18 janvier, sur motion de Dubois-Crancé, un
Comité des ponts et chaussées (12 membres)

Furent encore créés, le 4 mai 1793, un
Comité des charrois de l'armée (7 membres)
Comité de l'habillement des troupes (7 membres)
Comité de surveillance des vivres et subsistances militaires (8 membres)

Il exista également un
Comité d'aliénation (13 membres)

URL
2008-06-11 в 21:24 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Commissions de la Convention nationale

Le 21 septembre 1792, le Convention nationale, décréta, comme pour les Comités, que les Commissions de l'Assemblée nationale législative continueront provisoirement leurs fonctions.

Le 1er octobre 1792, sur une motion de Barbaroux, fut créée, une
Commission extraordinaire des Vingt-Quatre, chargée d'inventorier les papiers du Comité de surveillance de la Commune de Paris. Cette Commission fut supprimée le 19 juillet 1793.

Furent créées, le 2 octobre 1792, une
Commission centrale, pour régler l'ordre du jour (composée d'un membre de chaque Comité;)
Commission des archives (2 membres)
Commission d'inspection des procès-verbaux, renvois et expédition (trois bureaux et 6 commissaires pour la surveillance des bureaux)

Le 18 octobre 1792, une
Commission pour la conservation des monuments des Arts et des Sciences (33 membres, dont 4 membres de la Convention nationale)

Le 27 octobre 1792, une
Commission dite « Commission des Neuf », chargée de présenter un projet de décret contre les provocations au meurtre et à l'assassinat.

Le 20 novembre 1792, une
Commission des Douze, chargée d'inventorier les papiers trouvés dans l'armoire de fer

Le 6 décembre 1792, une
Commission dite « Commission des Vingt-Un », dont le Girondin Valazé était le rapporteur, chargée par la Convention de présenter l'acte énonciatif des crimes dont Louis Capet serait accusé et la série de questions à poser au roi lors de son procès.

Le 11 mars 1793, une
Commission des Six près le tribunal criminel extraordinaire

Le 8 avril 1793, une
Commission des dépêches (6 membres)

Le 18 mai 1793, une
Commission extraordinaire des Douze, chargée de rechercher et de poursuivre les conspirateurs. (L'instauration de cette Commission entraîna l'insurrection du 2 juin 1793, la chute des Girondins et le début de la Terreur.

Le 2 juillet 1793, sur proposition de Robespierre, une
Commission des Six, chargée de présenter un projet de décret sur l'éducation et l'instruction publique

Le 9 juillet 1793, sur proposition de Le Chapelier, une
Commission des Six, chargée de recueillir et de réunir les procès-verbaux relatifs à l'acceptation de la Constitution.

Le 20 juillet 1793, une
Commission des Six, chargée de surveiller l'agiotage

Le 29 juillet 1793, une
Commission des Sept, chargée de présenter ses vues sur les contributions de 1793

Il exista également, une
Commission des armes
Commission des postes et messageries

URL
2008-06-11 в 21:24 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Le Conseil des ministres


Le 10 août 1792, lors de la Prise des Tuileries, les ministres du roi sont chassés et remplacés par un Conseil exécutif provisoire, composé de 6 membres nommés par l’Assemblée législative.
Ce Conseil va être maintenu par la Convention qui nomme et révoque ses membres. Chaque ministre est responsable de son département avec autorité sur les agents administratifs. Il a le pouvoir de prendre des arrêtés mais est dépendant du Comité de salut public auquel il doit rendre des comptes tous les dix jours. Du fait de la rivalité entre le Comité de salut public et le Conseil Exécutif, les ministres sont supprimés par la loi du 1er avril 1794. Cette suppression permet d’épurer le personnel ministériel (modérés, dantonistes, Enragés, etc., tous ceux qui ne sont pas robespierristes). 12 commissions remplacent les ministres, composée chacune de trois membres désignés par la Convention hors de ses membres. Ces commissions sont placées sous l’autorité d’un des comités de la Convention.

URL
2008-06-11 в 21:25 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
La justice révolutionnaire
Les équipes révolutionnaires au pouvoir à partir de 1792 considèrent que le système judiciaire répressif établi par la Constituante est trop libéral car il ne permet pas d’assurer une répression efficace, rapide et exemplaire. Ils vont mettre au point des institutions très efficaces.

Il est établi le 10 mars 1793 et est situé à Paris. Ce tribunal « connaîtra de toute entreprise contre-révolutionnaire, de tout attentat contre la liberté, l’égalité, l’unité et l’indivisibilité de la République, la sûreté intérieure et extérieure de l’État, et de tout complot tendant à rétablir la Royauté ou à établir toute autre autorité attentatoire à la liberté, à l’égalité, et à la souveraineté du peuple, soir que les accusés soient fonctionnaires, civils ou militaires, ou simples citoyens ». C’est une définition très extensive : toute personne peut être traduite devant le Tribunal pour motif politique. La Convention s’engage dans une politique de mobilisation économique, et les infractions dans ce domaine relèveront de ce tribunal.
Il y a 5 juges dont un Président, 12 jurés, et le Ministère Public composé d’un accusateur public (Quentin Fouquier-Tinville) et deux substituts. Ils sont tous nommés par la Convention parmi les républicains les plus sûrs. On fait donc juger les accusés par les adversaires politiques.

La procedure
À l’origine, il s’agissait d’une procédure de droit commun, avec interrogatoire, audition des témoins à charge et à décharge, réquisitoire et plaidoirie. Cependant, dès l’origine, les condamnations ne peuvent faire l’objet d’aucun recours.
Mais le respect de cette procédure ne permet pas d’aller très vite. Les six premiers mois, le tribunal prononce une quarantaine de condamnation à mort et autant d’acquittement. Pour obtenir la condamnation rapide des Girondins, des réformes ont lieu.

La première réforme a lieu en octobre 1793. Le Président du Tribunal a le droit de clore les débats dès que les jurés se déclarent « suffisamment éclairés », notamment sans attendre que tous les témoins aient été entendus. D’octobre 1793 à mai 1794, 50 condamnations par mois ont lieu.
En outre, la procédure est remaniée au grès du Gouvernement contre tel ou tel accusé. Par exemple, le procès de Danton en mars 1794 s’achève par un décret mettant Danton « hors-la-loi », ce qui le met à mort avant la fin des débats.

URL
2008-06-11 в 21:25 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Les Commissions militaires des Armées

Elles ont pour fonction de juger et condamner les Français pris dans les rangs ennemis. Les compétences de ces Commissions seront élargies à tous les français qui ont pris les armes contre le Gouvernement Révolutionnaire.
Les infractions réprimées par la législature révolutionnaire [modifier]
Les crimes politiques sont définis de façon très extensive.
Les infractions politiques au sens strict [modifier]
Ce sont toutes les formes de subversion, de contestation politique, comme le port de la cocarde blanche.

URL
2008-06-11 в 21:27 

Nataly Red Rose
Свобода начинается с иронии
Le comité de sûreté général ainsi que les comités locaux sont chargés d’appliquer les lois et de trouver les suspects. Ils font leur rapport hebdomadaire devant le Comité de salut public. En province, les institutions locales sont purgées. Finalement les agents nationaux surveillent les districts.

Надо еще вспомнить такой институт - национальный агентов (agents nationaux).
А из прочих исторических реалий - свидетельство, или удостоверение, о цивизме. В книгах о парижских секциях о них рассказывается.

URL
2008-06-11 в 23:12 

Nataly Red Rose
Мне не нужно переводить. Я учила французский:) И спасибо вам большое, этой информации мне вполне хватит. Спасибо!

Комментирование для вас недоступно.
Для того, чтобы получить возможность комментировать, авторизуйтесь:
 
РегистрацияЗабыли пароль?

Vive Liberta

главная